2
mars
2021
Actualité

Dorothée Saada : Maman cosmopolite

Chaque mois, nous mettons en lumière sur ce blog des histoires de mamans qui nous touchent et nous inspirent, autant de portraits que de leçons de vie pour nos quotidiens de femmes et de mères. Dorothée Saada est journaliste, avec sa complice Ania Pamula, elle a publié Mamans du Monde (éditions First), un livre où piocher astuces et solutions parmi les coutumes de 40 mamans du monde entier. Une lecture stimulante et enrichissante qui met en lumière la diversité des expériences de maternité.

 

Comment est née l’idée du livre Mamans du Monde ?

De notre rencontre. Je suis française et Ania est polonaise. Nous avons eu nos petits garçons à peu près en même temps et on voyait bien que nos modes éducatifs n’étaient pas les mêmes. On a commencé à se donner chacune des trucs de notre pays. À partir de là, on s’est dit que si à deux on trouvait des solutions, qu’est-ce que ça pouvait être si on rencontrait un maximum de mamans étrangères !

 

Que peuvent nous apporter les coutumes et les habitudes des mamans des autres pays dans notre quotidien de mères occidentales ?

Au-delà des habitudes en elles-mêmes qui sont enrichissantes culturellement parlant et qui peuvent être appliquées en France, cela nous apporte une incroyable ouverture d’esprit. Chaque maman d’ici peut piocher des idées d’ailleurs. Cela ouvre le champ des possibles en matière d’éducation et nous donne une grande tolérance.

 

Selon vous existe-t-il un savoir universel sur la maternité ou autant de comportements que de cultures ?

Ce qui est universel c’est l’amour qu’on porte à nos petits et le désir qu’ils poussent bien. Ce sont les chemins qui diffèrent, jamais diamétralement mais à tel endroit on dort avec son bébé, tel autre absolument pas ; on donne tel aliment ; on vit avec sa belle-mère … À chaque pays ses coutumes !

 

Avec le recul de votre enquête et de ces 40 rencontres, quel regard portez-vous sur le suivi de la grossesse et la préparation à la naissance tels qu’ils sont pratiqués en France ?

La plupart des femmes que nous avons rencontrées ont eu au moins un enfant en France et ont pu facilement nous expliquer les différences en matière d’accouchement. Elles ont toutes été ravies du suivi de grossesse en France et de notre système médical en général. Malgré tout, on se rend compte que si nous sommes un pays où la médecine rassure, elle n’en demeure pas moins alarmiste. Les femmes se sentent parfois incomprises dans leurs choix différents : par exemple le désir de ne pas avoir recours à la péridurale comme dans leur pays d’origine. Elles nous ont expliqué ne pas avoir été entendues. On leur répétait qu’elles pouvaient ici éviter la souffrance alors pourquoi la refuser ?

 

Et concernant l’accueil du nouveau-né, la gestion du post-partum, qu’avez-vous retenu qui puisse être appliqué dans notre culture ?

Beaucoup de pays, de par l’organisation familiale à la naissance de l’enfant, permettent d’éviter le baby blues à la jeune accouchée. Une constante de 40 jours après l’accouchement ressort : la maman se repose et c’est toute la famille élargie qui prend le relais pour elle. Ce système permet évidemment d’éviter la surcharge mentale et la fatigue à la jeune femme. L’appliquer ici est peut-être illusoire parce que ce n’est pas ancré dans notre culture, cependant, casser ce schéma du foyer restreint : papa/maman/bébé aiderait sûrement. Dire à ses copines, ses voisines qu’on a besoin d’un coup de main est faisable : l’une vient faire une machine, une autre apporte le repas. Ça serait une aide formidable.

 

Ce livre a-t-il changé votre façon d’envisager la maternité, de soigner vos enfants, voire votre approche éducative ?

Évidemment ! On est beaucoup plus détendues maintenant qu’on sait qu’on peut faire de mille manières différentes. On a appris aussi à plus s’écouter, à faire confiance à notre instinct de maman et pas à tout étudier à la loupe en se demandant sans cesse si on fait bien ou pas.

 

Quelle est la rencontre qui vous a le plus touchées ?

Elles nous ont toutes touchées. Chaque maman nous a ouvert les portes de sa maison, de son coeur, de son éducation, de sa nostalgie du pays, du manque de la famille, de son désir de bien s’adapter ici aussi. On les remercie toutes pour cette incroyable générosité.

 

Un conseil, une astuce précieuse à partager avec les mamans qui nous lisent et avec toutes les mamans du monde ?

Écoutez-vous, faites-vous confiance et n’hésitez pas à partager autour de vous vos expériences éducatives. C’est à travers l’échange qu’on trouve sa propre voie.

 

Mamans du Monde, de Ania Pamula et Dorothée Saada, éditions First.

 

Laissez un commentaire
Notre site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus sur notre politique des cookies.