2
novembre
2020
Actualité

Histoire de Maman : Julie, négociatrice en chef

Chaque mois, nous mettons en lumière sur ce blog l’histoire d’une maman qui nous touche et nous inspire, autant de portraits que de leçons de vie pour nos quotidiens de femmes et de mères. Julie Crouzillac est maman de 3 enfants et co-autrice de « Petits mais costauds », un guide pour appliquer l’art de la négociation avec les enfants. Gestion des émotions, gestion du conflit, création de lien, sens du collectif : elle décrypte les méthodes des négociateurs et donne les clefs pour (re)donner confiance à nos enfants.

Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Julie, j’ai 37 ans et 3 enfants. Je suis la belle-maman de Nathanaël (12 ans) et la maman d’Eléonore (7 ans) et Louis (10 mois). Je suis chef d’entreprise et je suis la présidente de l’association ADN Kids, qui sensibilise et forme gratuitement les enfants de 7 à 18 ans à la négociation. En 4 ans, nous avons formé un peu plus de 4000 enfants aux compétences clefs de la négociation autour d’ateliers créatifs : la gestion des émotions, la création du lien, la gestion du conflit, la confiance en soi et le sens du collectif. Nous nous adossons au référentiel de négociation PACIFICAT© créé par deux négociateurs français, Marwan Mery et Laurent Combalbert, une méthode qui existe depuis 10 ans et qui est utilisée par des milliers de personnes dans le monde, notamment les diplomates de l’ONU.

Comment est née l’idée du livre « Petits mais costauds » ?

Avec Marwan Mery et Laurent Combalbert, on s’est dit qu’écrire un livre était une bonne façon de mettre en lumière ce savoir-faire, de valoriser le fait de prendre en considération l’enfant en tant qu’individu, avec ses besoins, ses questions, ses singularités pour bâtir une autre relation avec lui.

Si on devait le résumer en quelques lignes ?

« Petit mais costauds » parle du futur. Personne ne peut savoir comment sera le monde en 2045 ni quelles seront les compétences nécessaires pour évoluer dans ce quotidien-là. En revanche nous sommes convaincus que l’empathie, la curiosité, la persévérance, l’exigence et aussi le goût du beau et le goût des autres, permettront à nos enfants d’être épanouis et équilibrés pour faire face à l’adversité qu’ils rencontreront tôt ou tard.

Comment l’art de la négociation peut-il permettre de faciliter les échanges avec nos enfants ?

Souvent, on comprend par « négociation », le fait de marchander : « je te donne un chocolat si tu vas au lit ». La négociation n’a rien à voir avec du marchandage ! Pour négocier, il faut créer un lien et le cultiver : en écoutant, en communiquant, en étant en empathie. Il faut ensuite fixer un cadre (le négociable et le non négociable). Enfin, pour négocier, il faut également questionner : poser des questions véritablement appropriées pour comprendre et déterminer l’enjeu profond. On utilisera des formulations qui ne portent pas de jugement de valeur. Ainsi, on évite le « pourquoi fais-tu ça ? » et on le remplace par « Qu’est ce qui te fait agir de cette façon ? ».
Rien qu’en effleurant, avec ces trois leviers, le vaste sujet de la négociation, on se rend compte qu’il y a des bénéfices immenses à les appliquer avec nos enfants. Fonctionner de cette manière permet d’ancrer de bonnes habitudes très tôt et génère ainsi une relation de respect et d’équilibre.

3 conseils pratiques pour redonner confiance à nos enfants ?

Ecouter ! Véritablement, sans vouloir entendre ce que l’on souhaite. En faisant cela, nous leur prouvons que leur voix compte et que leur avis est important.
Questionner : avec des questions ouvertes, intéressées, qui ne jugent pas, qui permettent de comprendre où ils en sont, ce qui se passe dans leur tête, ce qui concrètement les embête/leur fait peur/ les met en colère…
Les aimer tels qu’ils sont. Ça ne veut pas dire qu’ils sont parfaits, mais ça veut dire que nous les acceptons tout entier avec leur singularité, leurs modes de fonctionnements et leurs visions du monde.

Quelle maman êtes-vous ?

Je dirais que je suis une « joyeuse Mum-in-chief » : souple sur la forme et ferme sur le fond ! Je m’efforce d’être une maman confiante : en eux, en moi pour qu’ils vivent un quotidien heureux, stimulant et joyeux et en les laissant devenir qui ils sont profondément.

Vous parlez beaucoup de transmission dans votre livre : qu’est-ce que vous souhaitez plus que tout transmettre à vos enfants ?

C’est une vraie bonne question ! Ce qui me tient le plus à cœur c’est ce que j’ai reçu de la part de mes parents : apprendre à écouter sa voix intérieure, à se fier à son ressenti et toujours être critique vis à vis de ce qu’on me dit. Je voudrais que mes enfants apprennent à challenger, à réfléchir, pour donner du sens à ce qu’ils vivent et finalement être libres !

Retrouvez Julie sur Instagram

Laissez un commentaire
Notre site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus sur notre politique des cookies.