16
novembre
2016
Astuces grossesse

Accouchement : quand partir à la maternité ?

Reconnaître les signes de l’accouchement

Quand partir à la maternité ? Aux premières contractions ? A la perte des eaux ? Le jour du terme approche et vous vous demandez quels sont les signes annonciateurs de l’accouchement… Réponse

A moins qu’il ne soit programmé, difficile de savoir « quand » exactement aura lieu l’accouchement. Une chose est sûre, votre bébé ne débarquera pas à l’improviste ! Et vous aurez le temps d’arriver à la maternité. La durée moyenne d’un accouchement est de 8 à 10 heures pour un premier enfant, un peu moins pour les suivants. Vous avez donc le temps de voir venir. Certaines mamans vous disent qu’elles se sont senties très fatiguées, nauséeuses le jour J, que leur humeur était complètement chamboulée. D’autres, au contraire, se rappellent avoir été soudainement très en forme et prises d’une frénésie de rangement. Sachez être à l’écoute de votre corps. A côté des ces signes subjectifs, il y a des symptômes beaucoup plus concrets qui doivent vous alerter.

Les premières contractions

Vous avez, probablement, déjà senti de légères contractions au cours de votre grossesse. Celles du jour J se distingueront par leur fréquence et leur intensité, vous ne pourrez pas passer à côté ! Au début du travail, elles ont lieu toutes les demi-heures et s’apparentent à des douleurs menstruelles. Ne filez pas tout de suite à la maternité, vous risqueriez d’être renvoyée chez vous. Les contractions vont se rapprocher progressivement. Lorsqu’elles surviennent toutes les 5 minutes environ, vous avez encore 2 heures devant vous s’il s’agit d’un premier accouchement. Si vous avez déjà mis au monde un enfant, il est conseillé de décoller de la maison au bout d’une heure, une seconde naissance étant souvent plus rapide.

Le faux travail : au cours du 9e mois, Il peut arriver que l’on ressente des contractions douloureuses alors que l’accouchement n’a pas commencé. On parle alors de «faux travail ». La plupart du temps les contractions ne deviennent pas plus intenses, ni régulières, et disparaissent rapidement, soit naturellement, soit après la prise d’un médicament anti-spasmodique (Spasfon).

 

La perte des eaux

La rupture de la poche des eaux se manifeste par la perte soudaine (mais indolore) d’un liquide clair, c’est le liquide amniotiqueGénéralement, elle ne passe pas inaperçue, vous serez peut-être même surprise de la quantité ! A partir de ce moment, Bébé n’est plus à l’abri d’une infection. Mettez une protection périodique ou un linge propre, et filez illico à la maternité, même si vous ne ressentez pas encore les contractions. En général le travail commence naturellement quelques heures après la perte des eaux. S’il ne se déclenche pas dans un délai de 6 à 12 heures ou si la moindre anomalie est constatée, on prendra la décision de déclencher l’accouchement.. Parfois, la poche des eaux se fissure seulement. Dans ce cas, vous ne constaterez que de légères pertes, que beaucoup confondent avec la perte du bouchon muqueux ou des fuites urinaires.En cas de doute, rendez-vous quand même à la maternité, pour savoir ce qu’il en est. A savoir : la poche peut rester intacte jusqu’à l’accouchement. Bébé naîtra, comme on dit, « coiffé ». Si vous contractions se rapprochent, il faut partir même si vous n’avez pas perdu les eaux.

La perte du bouchon muqueux

Le bouchon muqueux, comme son nom l’indique, « bouche » le col de l’utérus tout au long de la grossesse et, ainsi, protège le fœtus du risque d’infection. Son expulsion signifie que le col commence à se modifier. Mais soyez patiente, il peut se passer encore plusieurs jours jusqu’à l’accouchement… En attendant, Bébé reste protégé dans la poche des eaux. La perte du bouchon muqueux se traduit, en général, par des sécrétions épaisses et glaireuses, parfois teintées de sang. Certaines ne s’en aperçoivent même pas !

 

Une arrivée sereine à la maternité

Avant le « top départ », prenez le temps de vous détendre et de bien vous préparer. Histoire d’arriver sans stress à la maternité…

L’accouchement a bel et bien commencé, il est temps de partir. Vous savez qui doit vous accompagner (le futur papa, une amie, votre mère…) et qui sera disponible immédiatement pour s’occuper de vos enfants, si vous en avez déjà. Tous les numéros de téléphone des personnes à joindre sont notés près de l’appareil, les portables sont chargés.

Relaxez-vous

Profitez de vos derniers instants à la maison pour vous détendre au maximum. Si la poche des eaux n’est pas encore rompue, prenez, par exemple, un bon bain chaud ! Il soulagera vos contractions et vous relaxera. Écoutez ensuite de la musique douce, pratiquez les exercices de respiration que vous avez appris, regardez un DVD en tête-à-tête avec le futur papa (hé oui, à votre retour, vous serez trois !)… L’objectif : arriver sereine à la maternité. Mais ne tardez pas trop non plus. Un p’tit creux ? Même si, effectivement, vous allez avoir besoin de forces dans les heures à venir, mieux vaut vous contenter d’un thé ou une tisane sucrée. Il est parfois préférable de rester à jeun, la péridurale pouvant provoquer des nausées ou des vomissements. Vous serez également moins gênée avec les intestins vides, au moment de l’accouchement.

Vérifiez la valise

Avant de partir à la maternité, prenez le temps de jeter un petit coup d’œil dans votre valise, histoire de ne rien oublier. Le papa pourra bien sûr vous ramener des affaires au cours de votre séjour, mais veillez à emporter celles dont vous aurez rapidement besoin : un brumisateur, le premier pyjama de Bébé, une tenue confortable pour vous, des serviettes hygiéniques, etc. N’oubliez pas votre dossier de suivi de grossesse avec tous les examens que vous avez eus.

En route vers la maternité !

Bien sûr, le futur papa a intérêt à connaître par cœur le trajet maison/maternité. Vous aurez autre chose à faire que jouer le copilote ! Faites-lui aussi penser à faire un plein d’essence à l’approche de la naissance, ce ne sera pas le moment de vous faire le coup de la panne… Autrement, tout devrait bien se passer. Si vous ne trouvez personne pour vous conduire jusqu’à la maternité, vous pouvez bénéficier d’un VSL (véhicule sanitaire léger) ou d’un taxi conventionné avec l’Assurance maladie. Ce déplacement médical, prescrit par votre médecin, vous sera intégralement remboursé. Si vous choisissez d’appeler vous-même un taxi le jour J, celui-ci ne pourra pas être pris en charge. De toute façon, sachez-le, les chauffeurs refusent souvent de faire monter une femme sur le point d’accoucher dans leur voiture… Dans tous les cas, n’allez pas seule à la maternité en voiture. N’appelez les Pompiers ou le Samu qu’en cas d’extrême urgence, si vous ressentez déjà l’envie de pousser, par exemple. Une fois à la maternité, tout est presque joué… il n’y a plus qu’à attendre Bébé !

Laissez un commentaire
Notre site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus sur notre politique des cookies.