23
octobre
2018
Astuces pour bébé

Bébé prématuré : quand le peau à peau devient thérapeutique

Lors d’une naissance prématurée, la transition entre la vie intra utérine et le monde extérieur se fait de façon soudaine pour le bébé et nécessite des soins particuliers pour compenser cette rupture brutale. C’est ainsi qu’est née la « méthode kangourou ». Ou comment le peau à peau soigne les enfants arrivés un peu trop tôt…

 

Une alternative à la couveuse

La première image qui nous vient à l’esprit lorsqu’on parle de prématurité est celle d’un nouveau-né dans une couveuse. Et pourtant là n’est pas le meilleur endroit pour l’aider à récupérer du traumatisme que représente sa naissance précoce. Cette découverte a eu lieu dans une maternité de Bogota en Colombie, à la fin des années 1980. Le service de néonatologie doit alors faire face à une pénurie d’incubateurs, amenant deux pédiatres, Edgar Rey et Hector Martinez, à proposer aux parents et proches parents de déshabiller leurs enfants et de les installer sur leur poitrine découverte pour les réchauffer. Cette expérience porta ses fruits : portés en peau à peau 24h sur 24 et allaités au sein, les bébés de faible poids ont mieux récupéré, leur température est remontée et s’est stabilisée à 37°. La méthode kangourou était née.

Des vertus thérapeutiques pour les prématurés

Après cette expérience, les études se sont multipliées pour mettre en lumière les vertus thérapeutiques du peau à peau, en particulier chez les bébés prématurés. Il a ainsi été démontré que le contact peau contre peau favorisait la stabilisation des paramètres physiologiques des bébés de faible poids à la naissance (inférieur à 2,5 kg) : meilleure maturation du système digestif et du système nerveux, meilleure prise de poids, meilleure régulation de la température, stabilisation du rythme cardiaque, diminution des besoins en oxygène, diminution des signes de stress, renforcement du lien parent-enfant, diminution du stress de la maman lorsque son enfant est hospitalisé… Face à tant de bénéfices, des unités kangourou se sont mises en place dans de nombreuses maternités pour améliorer la prise en charge des bébés prématurés.

Les unités kangourou

Dans les services de néonatologie, les unités kangourous cherchent à limiter au maximum le temps de séparation entre la mère et l’enfant pour favoriser leur meilleure récupération après l’accouchement. La mère et son enfant sont donc hospitalisés dans la même chambre et le peau à peau se pratique quotidiennement, quelques heures par jour, et parfois 24h sur 24, une fois que le nouveau-né prématuré est stabilisé. Les équipes soignantes accompagnent les parents pour mettre en place le peau à peau dans les meilleures conditions possibles, dans la bonne position et avec toutes les précautions nécessaires.

La méthode kangourou en pratique

Avant de sortir le bébé de sa couveuse, on le couvre d’un bonnet et d’une couverture et on se lave les mains et le thorax pour éviter toute contamination. On conseille aussi d’éviter de porter du parfum et des bijoux, pour respecter la peau encore fragile du nourrisson.

Installé confortablement dans un fauteuil, on se dénude et on place l’enfant contre sa poitrine en le couvrant d’une couverture : son visage doit rester visible, sa tête tournée sur le côté, sa bouche et son nez doivent toujours être bien dégagés. Ensuite il n’y a plus qu’à profiter et chuchoter des mots doux à l’oreille de son bébé. Et puisque les effets du peau à peau sont aussi bénéfiques lorsque la maman ou le papa s’y attellent, on se relaie en cas de fatigue pour éviter de s’endormir avec le bébé contre soi.

 

Plus d’infos et de conseils sur la prématurité sur le site de l’association sosprema.com https://www.sosprema.com/

 

Laissez un commentaire
Notre site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus sur notre politique des cookies.