5
janvier
2017
Astuces de parents

Choisir sa maternité : les bonnes questions à se poser

Le 1er critère : la sécurité

Avant tout, il s’agit de choisir une maternité qui est adaptée à votre type de grossesse. On distingue ainsi trois grands types de maternité en fonction des équipements qu’elles possèdent.

Les maternités de niveau 1 :

La majorité des maternités du territoire français sont de niveau 1. Elles sont réservées aux grossesses « normales », non pathologiques, qui n’ont a priori aucun risque de complication. Malgré tout, ces maternités sont à même de faire face à tout cas de figure et de gérer des accouchements difficiles. En cas de nécessité, elles peuvent procéder au transfert de la femme enceinte, ou jeune maman et son bébé vers une maternité de niveau 2 ou 3.

Les maternités de niveau 2 :

C’est l’intermédiaire entre les deux autres niveaux. Elles sont dotées d’un service de néonatalogie pour accueillir les bébés prématurés en soins intensifs si besoin. Elles fonctionnent elles aussi en liaison étroite avec une maternité de niveau 3. 

Les maternités de niveau 3 :

Ces maternités sont celles qui disposent de tous les services nécessaires. Elles possèdent ainsi un service de néonatalogie, mais aussi une unité de réanimation néonatale. Ce sont des maternités idéales pour les femmes qui ont une grossesse à haut risque (diabète gestationnel, hypertension, cholestase gravidique, pré-éclampsie, etc.) mais aussi pour celles qui ont besoin d’être rassurées. Les bébés prématurés qui en ont besoin pourront être soignés sur place, avec assistance respiratoire, etc.

 

Le 2e critère : la proximité

La proximité géographique de la maternité peut aussi être un facteur à prendre en compte dans votre choix. Car pendant la grossesse, les rendez-vous à la maternité peuvent se multiplier, notamment si vous y effectuez votre préparation à la naissance. Et le jour de l’accouchement, le temps de trajet entre votre domicile et la maternité peut vite vous sembler démesurément long ! Enfin, après l’accouchement, il se peut que vous restiez quelques jours à la maternité, de quoi multiplier les déplacements du papa.

 

Le 3e critère : le projet de naissance

Vous avez envie d’accoucher si possible sans péridurale, tout en pouvant la demander au dernier moment si besoin est ? L’anesthésiste est-il disponible à tout moment ? Vous aimeriez accoucher dans l’eau ? Vous ne voulez pas avoir d’épisiotomie ? Toutes ces questions sont cruciales, et leurs réponses déterminent votre projet de naissance. A vous de poser ces questions aux maternités, afin de vous assurer que votre souhait sera non seulement possible mais écouté le jour J.

 

Le 4e critère : les préparations à l’accouchement proposées 

Toutes les préparations à l’accouchement ne sont pas toutes enseignées dans les maternités. Si vous voulez une méthode un peu spécifique (Bonapace, yoga, sophrologie, haptonomie…), assurez-vous qu’elle se dispense bien dans la maternité que vous voulez. Ce peut être un bon moyen de se familiariser avec l’équipe de sages-femmes, dont l’une vous assistera sûrement le jour de votre accouchement.

 

Le 5e critère : les questions autour du séjour

Enfin, n’oubliez pas que vous allez fréquenter cette maternité un petit moment, que vous aller y séjourner, y recevoir vos proches, etc. Des questions d’ordre très pratiques s’imposent donc : les chambres sont-elles individuelles ou non ? Y a-t-il une douche dans la chambre ? Le papa peut-il assister à l’accouchement ? Y a-t-il un lit supplémentaire dans la chambre pour qu’il puisse rester ? Y a-t-il un accompagnement pour les suites de couches et les premiers gestes de puériculture ? La maternité prône-t-elle et accompagne-t-elle l’allaitement ? Quels sont les horaires des visites à la maternité ? Combien dure en moyenne le séjour ?

Pour finir, sachez que dans toutes les maternités, publiques ou privées, l’accouchement est pris en charge à 100% par la Sécurité sociale. Pour autant, il se peut que d’autres services (téléphone, télévision, chambre individuelle, etc.) soient à votre charge. Renseignez-vous auprès de votre mutuelle pour savoir ce qu’elle rembourse.

Laissez un commentaire
Notre site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus sur notre politique des cookies.